Dans cet article:
La Revue du Prospectus>Prospectus & Société>Qui se cache derrière les prospectus ? Focus sur le métier de distributeur en boîte aux lettres

Prospectus & Société

Qui se cache derrière les prospectus ? Focus sur le métier de distributeur en boîte aux lettres

Publié le 11/06/2020 -
Conception, fabrication, recyclage… Tout au long du cycle de vie du prospectus, le média mobilise d’importantes ressources humaines, aux quatre coins de la France. Selon une étude du cabinet EY, ce support de communication print soutient ainsi plus de 60 000 emplois. Près de 50% sont des distributeurs : des femmes et des hommes qui assurent au quotidien la diffusion des imprimés dans les 26 millions de boîtes aux lettres du pays.
MEDIAPOST photos (6)

Les Français peuvent les croiser au coin de leur rue ou les apercevoir depuis leurs fenêtres. Pourtant, l’activité de distributeur ne se limite pas à insérer des supports dans les boîtes aux lettres et reste encore méconnue. Qui sont les femmes et les hommes, dont le métier est d’assurer la distribution des plaquettes publicitaires des enseignes ou des catalogues des collectivités territoriales ? Quel est leur profil ? Quel est leur quotidien ?

Pour répondre à ces interrogations, La Revue du Prospectus a interrogé Charles Mourot, DRH de MEDIAPOST, filiale du Groupe La Poste spécialisée dans la distribution d’imprimés publicitaires. Convaincu de la dimension humaine du prospectus, il revient en dix questions sur les principaux chiffres et faits du métier de distributeur.

Portrait des distributeurs en boîte aux lettres

La Revue du Prospectus : l’activité de MEDIAPOST représente des milliers d’emplois à travers le territoire, notamment des métiers de distributeurs de prospectus. Vous confirmez ?
Charles Mourot : Effectivement, notre activité s’appuie sur près de 10 000 collaborateurs. Il s’agit majoritairement de distributeurs, répartis sur l’ensemble de l’hexagone, dans près de 250 sites que nous appelons des « plateformes ». Je ne peux pas cacher mon plaisir et ma fierté d’être DRH d’une entreprise où l’humain a une place aussi importante.

LRDP : dressons le portrait de ces distributeurs et évoquons leur quotidien au travail. Pour commencer, pouvez-vous nous dire qui sont vos distributeurs, en quelques chiffres ?
CM : Avant toute chose, si l’on veut être rigoureux sur cette question, il convient distinguer les distributeurs qui assemblent manuellement les prospectus, des collaborateurs qui opèrent via des outils mécanisés. Ils disposent tous de CDI, à 99 % exactement, mais n’ont pas tout à fait le même profil.

Globalement, pour les premiers, 61 % sont des hommes. Ils ont en moyenne 48 ans, en sachant que les tranches de 50 à 54 ans et 55 à 59 ans concentrent environ 30 % des effectifs de distributeurs. S’agissant des salariés qui évoluent à la mécanisation, la répartition entre les femmes et les hommes est plus équilibrée, puisque 48 % sont des femmes. Autre différence, l’âge moyen est moins élevé, soit environ 39 ans. Ici, ce sont les tranches de 25 à 29 ans et 30 à 34 qui concentrent 30 % des effectifs.

Ce constat n’est pas sans conséquence sur le plan humain : un distributeur de 59 ans n’a pas le même parcours de vie que sa collègue âgée de 24 ans. L’un est un agent de la fonction publique à la retraite, l’autre est étudiante en Master à l’université en communication. C’est là toute la richesse de MEDIAPOST : la rencontre de personnes aux horizons variés. Dans tous les territoires, dans tous nos sites, se nouent des relations professionnelles entre des femmes et des hommes, mais aussi et avant tout des relations humaines.

LRDP : vous évoquez en creux l’égalité hommes/femmes. Pouvez-vous m’en dire plus ?
CM : MEDIAPOST s’engage depuis plusieurs années à promouvoir la diversité, notamment en favorisant l’égalité femmes-hommes. En 2019, l’entreprise a ainsi obtenu le score de 94/100 à l’index de l’égalité professionnelle développé par le Ministère du Travail. Comme je l’ai évoqué plutôt, ce score s’applique aux distributeurs puisqu’au global, les femmes représentent 41 % des effectifs. S’agissant de la rémunération du personnel de distribution, l’écart le plus important constaté entre les femmes et les hommes est de 30 € en faveur des hommes. Nous avons encore du chemin à parcourir, mais nous sommes sur la bonne voie !

LRDP : et sur le handicap ?
CM : Là encore, MEDIAPOST s’est engagé sur cet enjeu depuis plusieurs années en signant par exemple en 2010 la Charte de la Diversité. L’entreprise emploie 6,7 % de travailleurs en situation de handicap, un taux légèrement supérieur à l’obligation légale (6 % minimum de l’effectif total). Comme pour l’égalité femmes-hommes, ce taux se traduit chez nos distributeurs.

LRDP : êtes-vous d’accord avec moi si je vous dis que les distributeurs d’imprimés publicitaires sont habituellement des personnes plutôt éloignées de l’emploi et à qui, de fait, vous offrez une activité stable et des perspectives ?
CM : Pas totalement. Comme je l’ai dit, derrière chaque distributeur, chaque distributrice de MEDIAPOST, se cache une histoire. Parce que le métier de distributeur est ouvert à tous, sans condition de diplôme, l’hétérogénéité de ces histoires est très importante. Bien entendu, parmi nos collaborateurs nous comptons des personnes qui étaient jusqu’alors éloignées de l’emploi. Mais d’autres font le choix de rejoindre MEDIAPOST pour disposer d’un complément de revenus, pour financer leurs études ou encore pour conserver des relations sociales à la retraite.

Cela étant, je vous rejoins sur le fait qu’être distributeur de prospectus en CDI dans une structure telle que la nôtre offre des garanties sociales non négligeables et des perspectives professionnelles. Un chiffre en témoigne, l’ancienneté des distributeurs de MEDIAPOST, femmes et hommes confondus, s’élève à 6 ans.

« L’autonomie et la flexibilité du métier oblige à une très grande
responsabilisation des distributeurs de prospectus »
Charles Mourot – Directeur Général Adjoint Ressources Humaines, MEDIAPOST

Quotidien des distributeurs de prospectus

LRDP : quelles sont les caractéristiques du métier de distributeur de prospectus que vos collaborateurs apprécient ?
CM : Beaucoup des distributeurs de MEDIAPOST apprécient leur métier car il leur permet d’adapter leurs horaires et temps de travail selon leurs envies ou leurs contraintes. Par exemple, un collaborateur peut commencer sa distribution de prospectus tôt le matin pour être en mesure d’exercer un autre emploi, ou de mener une autre activité l’après-midi.
L’autonomie et la flexibilité du métier oblige à une très grande responsabilisation des distributeurs. Celle-ci repose sur les managers, qui leur font confiance et disposent en même temps d’outils innovants pour s’assurer de la qualité de leur travail.

LRDP : revenons-en à l’autonomie des distributeurs. Le fait qu’ils soient seuls lors de leurs tournées de distribution n’empêche-t-il pas toute cohésion d’équipe, entraide, échanges, etc. ?
CM : La distribution est effectivement une activité individuelle puisque chaque distributeur se voit confier une zone dans laquelle il doit mettre les prospectus dans les boîtes aux lettres, en appliquant les consignes données.
Pour autant, cette activité est rendue possible par un travail en équipe en amont. Plusieurs fois par semaines, les distributeurs se retrouvent dans nos plateformes pour préparer leur distribution, notamment pour assembler ensemble les futures poignées d’imprimés publicitaires qui iront dans les boîtes aux lettres des Français. Naturellement, il y a de l’entraide et des échanges, que ce soit entre les distributeurs ou avec les managers.

C’est une facette méconnue du métier de distributeur, mais pourtant bien réelle… et humaine ! D’ailleurs, preuve que nous sommes attachés à la cohésion des équipes partout en France, en 2019, nous avons lancé une campagne interne baptisée « Le respect, une valeur essentielle chez MEDIAPOST ». Celle-ci avait pour objectif de sensibiliser tous les collaborateurs au respect et à la bienveillance grâce à des ateliers ludiques, participant à la lutte contre les discriminations ordinaires liées à l’âge, au sexe, à l’état de santé ou à l’orientation religieuse par exemple.

distributeur-prospectus

LRDP : autre point, entre les kilomètres parcourus et les aléas météorologiques, on dit souvent que l’activité de distribution en boîte aux lettres est particulièrement difficile. Quel est votre point de vue sur la question ?
CM : Dire que qu’être distributeur est un métier facile serait angélique. C’est un travail d’extérieur, qui nécessite de couvrir des zones de distribution à pied, parfois en affrontant le froid ou les intempéries. Pour cela, nous pouvons leur dire bravo. Pour autant, nombreux sont les distributeurs qui me répètent que ces kilomètres et ces aléas sont aussi pour eux synonyme de liberté.

Bien entendu, cela ne doit pas empêcher MEDIAPOST de se mobiliser pour assurer la santé et le bien-être au travail des distributeurs. C’est une des raisons pour lesquelles la Direction Générale considère la prévention comme une priorité.
En 2019, j’ai d’ailleurs eu le plaisir d’impulser, avec l’aide de mes équipes, une nouvelle politique de santé et de sécurité au travail. Véritable cadre de référence pour les managers de proximité, elle permet la mise en œuvre d’actions pratiques afin d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble des salariés. L’autre enjeu est aussi de favoriser les évolutions de carrière, afin d’offrir aux distributeurs l’opportunité d’accéder à d’autres métiers, notamment chez MEDIAPOST.

Formation et évolution professionnelle des distributeurs de prospectus

LRDP : j’allais justement vous interroger sur les formations et les évolutions offertes aux distributeurs de prospectus. Pouvez-vous m’en dire plus ?
CM : MEDIAPOST mène des actions de formations diplômantes, certifiantes et qualifiantes auprès de ses collaborateurs, particulièrement auprès des distributeurs. Selon leurs parcours, ils peuvent par exemple obtenir les titres professionnels de Technicien Supérieur Méthode et Exploitation Logistique, d’Assistant Ressources Humaines, ou encore un certificat de qualification professionnelle de Chef d’équipe, afin de manager d’autres distributeurs.
Pour certains, l’épanouissement professionnel passe aussi par le tutorat. Nous comptons en effet sur des distributeurs expérimentés pour transmettre leur savoir-faire aux nouveaux arrivants. En partageant leur expérience, ces tuteurs permettent aux nouveaux distributeurs de se familiariser aux pratiques de MEDIAPOST. C’est encore une fois l’humain qui est au cœur du processus !

LRDP : pour conclure, quelle est la place de la formation au respect du Stop-Pub dans tout cela ?
CM : Les Stop-Pub matérialisent le choix de particuliers de ne plus recevoir d’imprimés publicitaires et doivent évidemment être respectés. C’est une priorité pour MEDIAPOST. C’est la raison pour laquelle nous formons l’ensemble de nos distributeurs, dès leur intégration dans l’entreprise, au respect de toute mention Stop-Pub sur les boîtes aux lettres du territoire. À cela s’ajoute une sensibilisation récurrente, lors des réunions d’équipe dans les plateformes par exemple, ainsi qu’un encadrement opérationnel des managers qui supervisent la qualité de la distribution de prospectus et veillent à ce que les collaborateurs appliquent les consignes sur le terrain.
Sur ce point, je voudrais préciser deux choses.

La première, c’est que les distributeurs sont rémunérés selon le temps passé sur le terrain, et non selon le nombre d’imprimés distribués. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas parce qu’ils mettent des prospectus dans des boîtes aux lettres où sont apposés des autocollants Stop-Pub qu’ils sont rémunérés davantage. Dit plus simplement, les distributeurs de MEDIAPOST n’ont aucun intérêt à ne pas respecter le Stop-Pub.

La seconde, c’est que la distribution dans les boîtes aux lettres des prospectus reste une activité humaine. Des anomalies peuvent donc survenir. Nous avions pleinement conscience de cela, et donc, de la nécessité de progresser sur le respect du Stop-Pub afin de répondre aux évolutions sociétales et aux attentes des Français. MEDIAPOST participe en ce sens activement aux travaux du Syndicat de la Distribution Directe sur le sujet ! Je vous invite d’ailleurs à suivre ces travaux de près !

Pour finir, si vous me permettez, j’aimerais simplement rappeler que MEDIAPOST recrute actuellement des distributeurs en CDI. Nos annonces d’offres d’emploi partout en France sont disponibles sur notre site internet !

Les chiffres

  • Près de 30 000 distributeurs de prospectus en France
  • 8 500 distributeurs chez MEDIAPOST à 99% en CDI
  • Une rémunération à 100% au temps passé sur le terrain